Le partenaire métier de votre
performance au quotidien

« Le BootCamp Autisme, un projet qui nous concerne tous »

Portrait de Natacha de Saint Vincent

Natacha de Saint-Vincent, Directrice Générale du Pôle Formation Lefebvre Dalloz, revient sur le projet de nouvelle structure de formation du Groupe. Il a pour objectif d’amener des personnes autistes adultes vers des emplois pérennes en entreprise.

 

Natacha, comment est né ce projet de BootCamp Autisme ?

Dans le cadre de son programme de transformation, l’activité Formation de Lefebvre Dalloz a identifié des cibles encore mal ou peu considérées dans nos offres, qui puissent contribuer à créer des poches de croissance. Les demandeurs d’emploi et les personnes en situation de handicap en font partie. La France compte, par exemple, près de 600 000 adultes autistes, dont une très faible minorité a un emploi, ce qui pose des problèmes économiques et sociétaux évidents. Nous travaillons donc à la mise en place d’un dispositif de formation et d’insertion, ouvert aux personnes avec autisme.

Pourquoi ce projet BootCamp Autisme arrive-t-il maintenant chez Lefebvre Dalloz ?

Nous travaillons au niveau du Groupe sur notre engagement sociétal que nous voyons comme un engagement de fond, une vraie démarche associée à notre « business », notre cœur de métier. La formation faisant déjà partie intégrante de nos activités, ce projet d’intégration au monde du travail s’inscrit naturellement dans notre ADN.

A quels types de métiers mènera ce BootCamp ?

Le BootCamp conduira, dans un premier temps, à une poignée de métiers cibles choisis sur la base du « Rapport sur l’emploi des personnes autistes » qui présente à la fois les entraves rendant l’accès à l’emploi difficile pour les personnes autistes, mais également des pistes à suivre pour améliorer la situation. Ce rapport a été rendu en 2017 par Joseph Shovanec, que nous avons reçu le 9 septembre 2021. Le BootCamp préparera également aux métiers auxquels nous formons dans les organismes Lefebvre Dalloz. Par exemple : les métiers de la comptabilité, certains métiers de la banque, autour de la compliance ou, encore plus proche de nous, les métiers de rédacteur ou de concepteur pédagogique/digital, etc.

Quel est le modèle économique du BootCamp Autisme ?

Le modèle économique s’appuie sur des financements privés, des partenariats avec des entreprises (pour les recrutements) ainsi que sur des financements publics et parapublics dédiés à ce type de dispositif. Nous avons engagé une réflexion approfondie pour rendre ce projet concret et rencontrons de nombreux acteurs dans le domaine associatif lié au handicap en général et à l’autisme en particulier, au sein des entreprises engagées dans ces domaines et « last but not least » au sein de la communauté autistique elle-même.

Josef Schovanec a été l’invité d’un webinaire organisé en interne chez Lefebvre Dalloz, pourquoi ? 

Pour que ce projet ait du sens, il est indispensable que nous soyons nous-mêmes conscients de ce qu’est le handicap en général et l’autisme en particulier et que nous travaillions notre exemplarité sur le sujet. Josef Schovanec est écrivain, philosophe, polyglotte, voyageur ; il est aussi autiste asperger. Nous l’avons invité pour qu’il nous sensibilise au handicap et nous aide à prendre conscience collectivement des défis et des opportunités qu’offre le recrutement de personnes avec autisme.

• • •

Contact presse
Nadia ALI BELHADJ